Valery Wallace

La passion du portrait

Valery Wallace, né en 1966, commence sa carrière dans la reproduction d’œuvres d’art, et travaille pendant une dizaine d’années à Paris et dans les capitales européennes. Ainsi il collabore à de nombreux ouvrages et publications artistiques tels que le catalogue raisonné de Jacques-Henri Lartigue.

Il se tourne ensuite vers l’événementiel, suit la tournée de Philippe Découflé entre Moscou et Kiev, poursuit sa route vers l’est de reportage en reportage pour de grands groupes et agences de communication, qui le mèneront en Inde, en Chine, et jusqu’en Australie.

Valery quitte la France en 2000 pour s’installer à Miami, où il se consacre à la photo d’architecture ainsi qu’au monde du yachting, quatre ans durant. Mais un ouragan emporte un jour sa petite maison sur la plage, et il entreprend alors un road-trip photographique à travers les Etats-Unis pour se fixer dans le berceau familial, dans le sud de la Californie. Retrouvant là l’univers multi-ethnique américain qui le passionnait déjà à Miami, il se met à illustrer le quotidien des ghettos à travers une série de portraits-chocs colorés et émouvants.

Dix ans plus tard il est de retour à Paris, où il trouve désormais un bon équilibre entre la photo d’art et le reportage événementiel. En parallèle, il ouvre le Studio Cyan, à quelques pas du Champ de Mars, où il installe ses éclairages pour recréer, version moderne, l’atmosphère du studio d’autrefois.